Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Durant le Second Empire Lille change,

comme le dit la chanson ci-dessous:

"Plus tard mes amis,

Lille s'ra for agréable

Plus tard mes amis

Lille s'ra un biau pays" ...

De grands travaux sont entrepris, qui modifient totalement le centre ville.On ouvre en particulier la rue de la gare (rue Faidherbe).

Gallica. bnf

Gallica. bnf

Rue de la gare: percement en 1870 et vue en 1878. Source : bibliothèque numérique de la bm de lille (lien ci-dessous)Rue de la gare: percement en 1870 et vue en 1878. Source : bibliothèque numérique de la bm de lille (lien ci-dessous)

Rue de la gare: percement en 1870 et vue en 1878. Source : bibliothèque numérique de la bm de lille (lien ci-dessous)

Saint Sauveur en Lille...des chansons sur les transformations du quartier et de la ville

Et le quartier Saint Sauveur aussi...

"C'est une joie d'habiter à c'heure sur Saint Sauveur !"...

La ville est plus propre, car on met en place des services de ramassage des ordures. Jusque 1859 toutes les ordures restaient en ville (bouses, crottins des animaux déjections humaines, ordures ménagères...) Odeur pestilentielle et maladies se développaient allègrement

"En passant fallait serrer sa bouche, l'ordure pourrissait dans les coins, Le plus fort tombait comme une vrai mouche quand la maladie entrait là dedans"

Dans le dernier couplet Deccotignies se réjouit de l'ouverture des salles d'asile qui permettent aux mères de travailler pendant que leur nourrisson est gardé et nourri. Un asile est ouvert à côté de l'église Saint Sauveur (voir le cadastre dans l'article du 20 décembre).

Saint Sauveur en Lille...des chansons sur les transformations du quartier et de la ville

Le troisième couplet de la chanson évoque l'absence antérieure d'écoles. Celles-ci vont se développer avec le ministère de Gambetta et les lois laïques.

Cette photo de bataillon scolaire à Saint Sauveur nous montre qu'après la défaite de Sedan, on compte sur l'école pour former non seulement les futurs citoyens mais surtout les futurs défenseurs de la patrie! C'est l'instituteur allemand qui a permis la victoire du kaiser, en particulier parce que ses soldats avaient des cartes et savaient les lire! (on va faire une place plus grande à la géographie :-))

Saint Sauveur en Lille...des chansons sur les transformations du quartier et de la ville

Deux écoles primaires supérieures sont construites, sous l'impulsion d'Alfred Mongy, directeur des travaux de la ville. Jean Macé pour les filles et Franklin pour les garçons accueillent les élèves "du peuple" qui n'accèdent pas aisément aux lycées fréquentés par la bourgeoisie.

Elles se trouvent en bordure du boulevard d'Italie (ainsi nommé en souvenir des combats italiens de Napoléon III), aménagé dans l'espace laissé vide au delà de la porte de Paris, espace où se trouvait auparavant la maladrerie.

Très vite il prend le nom de boulevard des Ecoles. Aujourd'hui c'est le boulevard Jean Baptiste Lebas.

Ecoles primaires supérieures Franklin et Jean MacéEcoles primaires supérieures Franklin et Jean Macé

Ecoles primaires supérieures Franklin et Jean Macé

Sur ce large mail, on pratiquait des jeux en particulier de balle et boules. Après une période où il fut un parking boueux il est aujourd'hui rendu à cette vocation de loisirs.

"L'espace aplani, relié à la ville ancienne, n'a plus du tout l'aspect d'autrefois. Au lieu des fossés où notre petit garçon pêchait des épinoches, ce sont des boulevards que parcourent les tramways..." nous dit F.Chon, alors professeur au lycée de Lille ("Extraits de promenades lilloises" Lille Danel 1888)

En bordure sud du boulevard se développe la gare Saint Sauveur, grosse gare de marchandises de Lille.

jeu de balles sur le boulevard / les bureaux de la petite vitesse Gare Saint Sauveur
jeu de balles sur le boulevard / les bureaux de la petite vitesse Gare Saint Sauveur

jeu de balles sur le boulevard / les bureaux de la petite vitesse Gare Saint Sauveur

A Saint Sauveur, on trouve de tout sur le marché de la place Wicar...

" Vive le marché Wicar

On peut le crier tout haut

Car c'est un vrai bazar

On ne voit que du nouveau"....

(On retrouve la place Wicar sur les plans cadastraux des articles publiés les 18 et 20 décembre)

Derrière cette chanson se profile le développement de l'économie moderne et de la société de consommation!
Saint Sauveur en Lille...des chansons sur les transformations du quartier et de la ville
Saint Sauveur en Lille...des chansons sur les transformations du quartier et de la ville

Autre petite merveille, cette chanson sur l'arrivée du tramway (à cheval!) à Lille

Dans les années 1880 l'industrialisation et l'exode rural font grossir considérablement les villes. Les vieux omnibus à chevaux ne répondent plus à la demande croissante de déplacements urbains.

Un nouveau moyen de transport est apparu à New York où le français Alphonse Loubat a proposé d'enterrer les rails (on les laissait jusque là en saillie, et les accidents étaient nombreux). En 1853 la ligne de Broadway est ouverte, elle utilise cette technique.

Rentré de New-York à Paris il fait breveter sa technique de rails en "U". Une première ligne d'essai de tramway hippomobile est construite sur 2km au Cours la Reine

En 1855 il installe la ligne Paris Boulogne Billancourt. On parle du "tramway américain".

A Lille la première ligne urbaine est ouverte le 7 juin 1874.

En 1876 il y a 7 lignes en service. Les wagons sont encore construits sur le modèle des anciens omnibus.

Et l'étonnement des Lillois est grand...

"J'voudrais bien savoir mon compère

ce que veut dire ce mot tramway

J'croyais tenir la feuille à l'envers

Voilà bien l'Echo du Nord ici

C'est un je ne sais quoi de bien utile,

C'est un chemin de fer américain

Qui va marcher dans les rues de Lille

D'ailleurs écoute un peu mon refrain

.... Tu peux Philiber

pour l'été prochain

aller en chemin de fer

A l'Américain!

gallica bnf

gallica bnf

le tramway hippomobile remis en état par l'Amitram circule à Wambrechies en juin pour les fêtes de la Deule

Saint Sauveur en Lille...des chansons sur les transformations du quartier et de la ville

Aujourd'hui encore, quand des anciens de Saint Sauveur se rencontrent, ils chantent...

Mon "cher et tendre" se souvient aussi avoir chanté "Vivent les Saint Sauveur" au "patro"... Il y a quelques années nous retrouvant avec des amis d'origine algérienne, un choeur s'est spontanément formé... ils étaient aussi allés au "patro" de Saint Sauveur..

La chanson le dit : "Il est bien connu de la ville de Lydéric et de Phinaert cet air...." dont plusieurs versions existent quant aux paroles...

Lydéric et Phinaert, sculptures sur un pilier de l'Hôtel de Ville de Lille par Carlo Sarrabezolles 1929

musique et paroles d'Emile Hornez

musique et paroles d'Emile Hornez

Quand on chante sur les vieilles paroisses, moi j'vante toujours mon Saint Sauveur,

Sans m'occuper si quelqu'un se froisse, j'dis qu'c'est bien là qu'on a le plus de cœur

On dira c'qu'on voudra ma mère, on dira c'qu'on voudra, y a qu'à Saint Sauveur qu'on voit ça!

Saint Sauveur en Lille...des chansons sur les transformations du quartier et de la ville
Tag(s) : #Lille histoire, #chansons musique

Partager cet article

Repost 0