Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boys knitting socks, B. F. Day Elementary School, Seattle, 1918courtesy Courtesy Seattle Public School Archives 218-16

Boys knitting socks, B. F. Day Elementary School, Seattle, 1918courtesy Courtesy Seattle Public School Archives 218-16

Les enfants tricotent aussi pour "leur père qui est quelque part en France"

Ils apprennent à tricoter, en particulier à l'école.

Ils commencent par des carrés qui serviront pour la toilette... Ils tricotent aussi en récréation, et le tricot blanc à l'origine, ne l'est plus lorsqu'ils l'ont terminé!

On leur demande aussi de faciliter au maximum les efforts des autres tricoteurs, surtout les plus habiles

En 1918, 82 suggestions intitulées "Comment je peux aider à gagner la Guerre" sont publiées par la Croix Rouge

Une des premières est : "Fais le travail de la mère pour qu’elle puisse tricoter."

A côté de suggestions comme « manger du sorgho au lieu de sucre, chanter des chansons patriotiques et planter des arbres pour faire des fusils, la liste conseille aussi (numéro 20), " Prendre soin de mes vêtements ainsi ma mère ne devra pas rapiécer et pourra tricoter."

Le numéro 35 suggère de "tenir la laine pour la mère tandis qu'elle en fait une pelote,"

et le numéro 76, d’"Aider grand-mère pour qu’elle ait du temps pour apprendre à maman à tricoter" ("Little Citizens" Cité dans l'article de Paula Becker, August 17, 2004 sur History link.org)

“Junior Red Cross Open To All School Children,” The Red Cross Bulletin, September 3, 1917; 
“Little Citizens,” American Red Cross Magazine, 1918

Knitting popular in our schools

Seattle 1918 école élémentaire Adams  Courtesy Seattle Public School Archives Neg 201-9

Seattle 1918 école élémentaire Adams Courtesy Seattle Public School Archives Neg 201-9

Traduction de l'article du Ashland Tidings

Le tricot est "in" dans les écoles actuellement. Sous l'impulsion des Junior de la Croix Rouge, les élèves de toutes les classes se sont mis au travail avec un zèle qui laisse leurs aînés loin dans l'ombre. Cordes à sauter et billes ont été abandonnées, "London bridge" ne tombe plus,et même le jeu national sera bientôt un art oublié dans les écoles d'Ashland puisque les garçons "Hauts les coeurs" ont pris les aiguilles comme les filles et passent tout leur temps libre à cette occupation utile. De la 1ère à la 5ème classe les gants de toilette sont le résultat de leurs efforts, mais on voit des garçons et des filles plus âgés faire des pulls. Le mieux de tout c'est que les garçons ne craignent pas de se faire appeler "sissy" quand on les voit dans la rue avec une paire d'aiguilles à tricoter sortant d'une poche renflée par la pelote, car ils sont tous soucieux de faire leur part pour aider leurs frères aînés qui sont dans les tranchées

somewhere in France is Daddy

Chanson qui adopte le point de vue d'un enfant qui ne comprend pas que son père soit parti. La plupart des chansons de ce genre est plutôt larmoyante, mais celle ci est plus rythmée (tempo d'une marche)

La mère dit à son fils que "papa est parti combattre pour le pays, combattre pour la liberté"

La chanson aurait été écrite par le compositeur de Broadway J.E Howard

Les enfants aussi tricotent pour les soldats des tranchées...

Dans The Sun un groupe de garçons tricotent à la cathédrale de Saint Jean le Divin à New York

Tag(s) : #1ère guerre mondiale, #1ère guerre mondiale USA, #tricot dans l'histoire, #USA

Partager cet article

Repost 0